Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 11:47

 

Il faut ajouter désormais François Hollande (président de la République depuis 2012) et Jean-Marc Ayrault, premier Ministre.

 

Pour l'anecdote, voici un poème en alexandrins qui permet de retenir le nom des présidents de la 3ème République : 

 

Avant Gaston Doumergue et son ventre en amphore, 

Thiers, Mac Mahon, Grévit, Carnot, Périer et Faure,

Loubet, Fallières, Paul Deschanel, Millerand,

ont de la République, atteint le plus haut rang.

 

Ce poème anonyme fut publié en 1926. Or, la 3ème République prit fin avec l'avènement du régime de Vichy et l'attribution des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Il faut donc compléter la liste ci-dessus en ajoutant Paul Doumer et Albert Lebrun.

 

Rappelons enfin que la 4ème République n'eut que deux présidents : Vincent Auriol et René Coty, que la brève 2ème République n'en eut qu'un seul : Louis-Napoléon Bonaparte.

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 10:47

 

 

C'est un grand classique pour se préparer aux oraux des écoles de commerce. L'écrivain Marcel Proust, prix Goncourt 1919, a conçu un questionnaire censé révéler les traits de caractère de celui qui y répond. Il prit d'ailleurs la peine de renseigner son propre formulaire.

 

                                                                                                  Marpro.jpg

 

Il arrive que les membres du jury des écoles de commerce se réfèrent à ce questionnaire (ou à celui, moins connu de Bernard Pivot dont nous avons déjà parlé sur ce blog - Le questionnaire de Bernard Pivot ). Le jury cherche à vérifier que le candidat puisse devenir un paire. Il faut donc savoir se mettre à nu lors de l'oral et jouer sur les réponses pour orienter la conversation vers les thèmes que l'on maîtrise.

 

Proust se contente ici de répondre sans commenter ses réponses. Vous devrez au contraire justifier vos propositions, montrer en quoi elles sont révélatrices d'un aspect de votre personnalité. Ne laissez pas le soin aux membres du jury d'interpréter votre réponse. En outre, ne considérez pas qu'il y a des réponses meilleures que d'autres. A la question 14: "quel est votre auteur en prose favori?" Victor Hugo ne vous donnera pas davantage de crédit que Boris Vian. Ce qui compte, j'insiste sur ce point, c'est l'argumentionqui suit.

 

Illustrons cette idée. Question 21: "Quelles est votre héroïne dans l'histoire?" Votre réponse: " Simone de Beauvoir. En effet, j'apprécie son analyse féministe, notamment celle qu'elle expose dans Le deuxième sexe. On résume souvent sa position à cette phrase notoire : "On ne naît pas femme, on le devient." Je milite moi-même en faveur de l'égalité des hommes et des femmes. Il me semble notamment que les femmes sont peu présentes dans les conseils d'administration des entreprises; je souhaiterais être l'une de celles-là."

 

Vous remarquerez ici que la candidate ne se contente pas d'une réponse sèche. Elle justifie son choix, fait le lien avec ses propres engagements et recentre la conversation vers un objectif entrepreneurial (ce qui est bienvenu en école de commerce). Prenez garde cependant à une chose. Par association d'idées, les jurys risquent alors de vous demander si vous connaissez des noms de femmes membres de conseils d'administration d'entreprises du CAC 40...Il serait malvenu d'être pris de court. Si ce que vous dites peut vous permettre de tendre des perches... sachez aussi, selon l'expression consacrée, que tout ce que vous dites pourra également être retenu contre vous.

 

Quoiqu'il en soit, il faut répondre... Mieux vaut jeter un nom au hasard que de ne pas répondre. Si la question vous semble inattendue, n'hésitez pas à dire : "C'est une question déroutante. Accordez-moi quelques secondes pour y réfléchir." Prenez alors vraiment quelques secondes sans dire un mot. La gestion du silence révèle une grande assurance de la part du candidat. Car ceux qui éprouvent une trop grande anxiété voudront à tout prix combler les temps de silence, quitte à balbutier des choses de peu d'intérêt ou grammaticalement incorrectes.

 

 

Le questionnaire a un peu vieilli. Il est peu probable que l'on demande aujourd'hui à un étudiant: "quel est votre poète préféré?" Attendez-vous à des questions plus modernes,  "quel est votre film préféré?", par exemple. Essayez alors de ne pas citer le film que vous avez vu la semaine précédente. Montrez que vous êtes capable de prendre du recul et que vous connaissez suffisamment bien ce film pour mentionner le nom du réalisateur, des acteurs principaux et éventuellement la date de production.

 

Dernière mise en garde. Lorsqu'on vous demande "quel est votre livre de chevet?" Il ne s'agit pas de parler du livre posé sur votre table de nuit, mais bien de l'oeuvre qui vous a profondément marqué, de celle qui vous inspire au quotidien et dans laquelle vous vous replongez régulièrement.

 

J'arrête ici mon bavardage et cède la place à Marcel Proust...

 

 

                                                                            -Le questionnaire de Marcel Proust-

 

 

 
1- Le principal trait de mon caractère.  
Proust : Le besoin d’être aimé et, pour préciser, le besoin d’être caressé et gâté bien plus que le besoin d’être admiré.

2 - La qualité que je préfère chez un homme. 

Proust : Des charmes féminins.

3 - La qualité que je préfère chez une femme. 
 
Proust : Des vertus d’homme et la franchise dans la camaraderie.

4 - Ce que j’apprécie le plus chez mes amis.  
Proust : D’être tendre pour moi, si leur personne est assez exquise pour donner un grand prix à leur tendresse.

5 - Mon principal défaut. 
Proust : Ne pas savoir, ne pas pouvoir « vouloir ».

6 - Mon occupation préférée.  
Proust : Aimer.

7 - Mon rêve de bonheur. 
Proust : J’ai peur qu’il ne soit pas assez élevé, je n’ose pas le dire, j’ai peur de le détruire en le disant.

8 - Quel serait mon plus grand malheur ?  
Proust : Ne pas avoir connu ma mère ni ma grand-mère.

9 - Ce que je voudrais être.  
Proust : Moi, comme les gens que j’admire me voudraient.

10 - Le pays où je désirerais vivre. 
Proust : Celui où certaines choses que je voudrais se réaliseraient comme par un enchantement et où les tendresses seraient toujours partagées.


11 - La couleur que je préfère. 
Proust : La beauté n’est pas dans les couleurs, mais dans leur harmonie.

12 - La fleur que j’aime. 
Proust : La sienne - et après, toutes.

13 - L’oiseau que je préfère.  
Proust : L’hirondelle.

14 - Mes auteurs favoris en prose.  
Proust : Aujourd’hui Anatole France et Pierre Loti.

15 - Mes poètes préférés.  
Proust : Baudelaire et Alfred de Vigny.

16 - Mes héros dans la fiction. 
Proust : Hamlet.

17 - Mes héroïnes favorites dans la fiction.  
Proust : Bérénice.

18 - Mes compositeurs préférés.  
Proust : Beethoven, Wagner, Schumann.

19 - Mes peintres favoris.  
Proust : Léonard de Vinci, Rembrandt.

20 - Mes héros dans la vie réelle. 
Proust : M. Darlu, M. Boutroux.

21 - Mes héroïnes dans l’histoire.  
Proust : Cléopâtre.

22 - Mes noms favoris.  
Proust : Je n’en ai qu’un à la fois.

23 - Ce que je déteste par-dessus tout.  
Proust : Ce qu’il y a de mal en moi.

24 - Personnages historiques que je méprise le plus.  
Proust : Je ne suis pas assez instruit.

25 - Le fait militaire que j’admire le plus.  
Proust : Mon volontariat !

26 - La réforme que j’estime le plus.
Proust : Pas de réponse.

27 - Le don de la nature que je voudrais avoir.
Proust : La volonté, et des séductions.

28 - Comment j’aimerais mourir.  
Proust : Meilleur - et aimé.

29 - État présent de mon esprit.  
Proust : L’ennui d’avoir pensé à moi pour répondre à toutes ces questions.

30 - Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence.  
Proust : Celles que je comprends.

31 - Ma devise. 
Proust : J’aurais trop peur qu’elle ne me porte malheur.

 

Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 13:44

Elèves de prépa ENS Spé, lecteurs de ce blog,

 

Nous souhaitons favoriser les échanges avec les anciens élèves de la classe préparatoire ENS Spé. Pour cette première expérience, Anthony et Mathieu, anciens élèves issus de la promotion 2010~2011, actuellement en deuxième année à l'ESC Rennes et à l'EM Grenoble respectivement, ont accepté de répondre à vos questions à l'occasion d'un "chat" qui s'est déroulé lundi 7 novembre 2011 de 21h à 23h. Les questions et les réponses apparaissent en commentaire de ce billet.

 

 

Quelques éléments d'informations pour mieux connaître Anthony.

 

ESCR logoAprès un bac ES, Anthony a obtenu un DUT Gestion Administratives et Commerciales spécialisé dans les NTIC à l'IUT de la Métare.  Il a ensuite rejoint la prépa ENS Spé, voie D2. Il était donc inscrit en parallèle en L3 de Sciences économiques et de gestion à l'Université Lyon 2. A cette époque, il envisageait de s'orienter vers le conseil dans le domaine du développement durable. Il se réoriente finalement au sein de l'école et privilégie désormais le marketing et la communication. A Rennes, il s'est investi dans la Junior Entreprise de l'école. Il s'envolera prochainement pour Belfast afin de parfaire son Anglais et d'enrichir son expérience professionnelle du monde anglo-saxon conformément au programme de l'ESC Rennes (où 80% des cours sont dispensés en Anglais)... Et il répondra à vos questions, lundi 7 novembre entre 21h et 23h.

 

 

Quelques éléments d'informations pour mieux connaître Mathieu.

 

 

logemgrenAprès un bac S, Mathieu a obtenu une L2 de Mathématiques appliquées aux sciences sociales à Nice. Sa deuxième année universitaire, il l'a passée à Groningen dans la faculté de "Business and Economics" aux Pays-Bas. Il a ensuite rejoint la classe préparatoire ENS Spé, spécialité D2. En fin d'année scolaire, une L3 de Sciences économiques et de gestion de Lyon 2 en poche, il présente différents concours d'écoles de commerce et décroche plusieurs admissibilités : EM Lyon, EDHEC, ESC Toulouse, EM Grenoble... C'est dans cette dernière école qu'il poursuit aujourd'hui ses études et mûrit son projet professionnel, tout en s'investissant, grâce à l'école, dans un journal local. Lundi 7 novembre de 21h à 23h, il répond aussi à vos questions.

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 13:58

 

Les oraux des concours sont souvent vécus par les étudiants comme la conclusion logique d'une année intensive en classe préparatoire. Pour certains, en dépit de la pression et de l'anxiété, il s'agit même d'une délivrance.

 

À peine sont-ils sortis de la salle d'épreuve, quelques étudiants ont la gentillesse de partager leurs impressions. J'ai dégagé dans les courriels adressés à l'équipe pédagogique de la classe préparatoire diverses citations qui permettront aux promotions suivantes de mieux appréhender certaines difficultés, de goûter par avance à l'ambiance des concours des écoles de commerce.

 

Pour préserver l'anonymat des anciens élèves, nous ne ferons apparaître que la première lettre de leur prénom après chaque citation. Ce billet pourra sembler un peu décousu. Il faut le lire comme un inventaire à la Prévert et ne pas tant rechercher une logique qu'une atmosphère générale. Bonne lecture.

 

 

"Le prof m'a dit qu'il savait que j'allais réussir (...) et que je lui ressemblait beaucoup lorsqu'il avait 20 ans. L'entretien a été agréable ... mais je me méfie", écrit prudemment C après son oral à l'ESC Dijon... qu'elle a finalement intégrée. M nous confie, au lendemain de l'entretien à l'EM Lyon, qu'il "y croit un peu", mais qu'il "ne pense pas avoir pu se démarquer". Pour Y en revanche, il n'y a aucune illusion à avoir après l'oral de l'ESC Grenoble : "L'entretien fut plat et ennuyeux, autant pour le jury que pour moi. Il était tard et ils ont baillé à tour de rôle pendant 30 minutes."

 

Si l'échec est toujours vécu comme une certitude, le suc cès ds1.jpgdemeurera incertain tant que les résultats ne seront pas connus. C'est au fond ce qui est le plus désagréable dans les concours : il faut accepter l'incertitude. 

 

Au terme de ses oraux, A nous adresse d'ailleurs cette phrase de Winston Churchill : "Le succès, c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme." A est aujourd'hui à l'ESC Rennes et n'a donc pas échoué comme il le  pensait avant de connaître les résultats définitifs. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'a jamais perdu son enthousiasme, en dépit d'une permière expérience désastreuse à Dijon. Il la résume laconiquement en nous envoyant le soir même un courriel: "Premier oral, première déception." Cette citation de Winston Churchill, il la commente à présent en ces termes et la dédicace aux étudiants de prépa ENS Spé : "Je pense que vos futurs élèves doivent assimiler l'échec constructif pour avancer, dans la mesure où il y a eu cette année de nombreux doutes... J'espère qu'un jour, vous arriverez à glisser cette citation pour motiver la nouvelle promotion... et pourquoi pas en faire un sujet de khôlle!"

 

Il faut en effet un peu de courage pour se confronter à des membres du jury plus ou moins bienveillants, mais l'on tire de cette aventure intellectuelle une forme de satisfaction personnelle. Comme l'écrit Y aujourd'hui à Bordeaux EM : "je suis content d'avoir vécu cette expérience."

 

Pourtant, Y aussi n'a pas eu que des réjouissances lors des concours. Ainsi relate-t-il son entretien à Euromed : "L'entretien ne s'est pas déroulé comme prévu. J'ai eu 10 minutes de retard à la suite d'une mauvaise lecture de ma convocation et le jury s'est montré très sévère à mon égard." Il le sont parfois. Dans tous les cas, ne vous montrez jamais agressifs. Faites plutôt  comme C qui, attaquée sur sa fausse modestie, nous avoue plus tard " j'ai gardé mon sourire, même si, au fond de moi, j'avais juste envie de lui dire que c'était un abruti." Les membres du jury vous poussent parfois dans vos retranchements, cherchent à vous déstabiliser, ils peuvent vous couper la parole ou dénigrer votre propos. Leur démarche est délibérée, pas nécessairement malveillante. Il est légitime en effet qu'ils apprécient votre capacité à faire face à une situation de crise ou qu'ils essaient de voir comment vous réagissez à la pression. En voici deux illustrations, tirées des courriels d'A et de M:

 

" La responsable des stages a osé me dire que Robert Rodriguez (qui était mentionné dans mon CV, dans mes goûts cinématographiques) était un petit réalisateur et qu'elle ne le connaissait pas. Lorsque j'ai voulu lui dire qui il était, elle m'a interrompu -je ne vous ai pas demandé, donc passons!".

 

"Qu'est-ce qui vous indigne, me demande l'un des membres du jury à Reims. J'ai répondu, très banalement, l'inégalité des chances. Puis j'ai un peu développé. Ils m'ont fait remarqué que ma réponse était très bateau."

 

Dans l'ensemble cependant, le jury est plutôt désireux de vous connaître, ouvert à vos idées; les élèves de l'école se montrent accueillants et réconfortants. Ainsi, C remarque à l'issue de son entretien à Télécom Management : "J'ai eu des questions basiques. Pourriez-vous vous présenter rapidement? Qu'est-ce qu'un bon manager pour vous? Pourquoi choisir Télécom Management? Après, chaque jury a son fonctionnement. Le mien était très agréable, ce qui est déstabilisant en un sens, car je m'attends chaque fois à un jury méchant." De même, précise-t-elle après l'oral de l'ESC Montpellier que "l'accueil a été parfait. Une très bonne prise en charge. Toutes les personnes étaient à notre écoute. (...) Ce n'était pas juste une récitation pour les anciens élèves, ils semblaient vraiment heureux d'être dans cette école."

 

 

Etrangement, alors que les épreuves écrites sont très formelles, il semble que les meilleurs oraux en écoles de commerce soient ceux qui permettent au candidat de rompre avec le formalisme du concours pour engager une conversation en apparence plus libre (car il ne faut pas pour autant déstructurer le propos et tomber dans la discussion badine digne du café du commerce.)

 

 M. raconte ainsi son interview à l'ESC Grenoble :

 

"Je n'avais pas préparé de questions-type et j'ai décidé rapidement de ne pas partir sur les conclusions de mon exposé (qui portait sur les agences de notation). Lors de sa présentation,  l'un des membres du jury m'a expliqué qu'une partie de son travail était de donner des cours de théâtre. J'ai trouvé ça intéressant. Du coup, je lui ai demandé de m'en dire un peu plus à ce sujet. Il m'a expliqué que le théatre était un moyen de développer les compétences relationnelles des étudiants. Je ne connais rien au théâtre; j'ai décidé pourtant de poursuire sur ce terrain. Il m'a confié que le théâtre n'était pas réellement sa passion et qu'il aurait mieux aimé travailler dans le cinéma. Une belle perche, que j'ai saisie. La conversation s'est orientée ensuite sur les moyens permettant de concilier le travail et les passions personnelles. J'ai fini par conclure (...) en disant que je partageais son point de vue sur la nécessité de concilier travail et épanouissement personnel. J'avais finalement choisi de ne pas prendre de notes pendant l'interview, ce qui s'est avéré judicieux. L'interview a pris la forme d'une discussion et ma synthèse, improvisée, était alors plus vivante tout en étant moins exhaustive."

 

ds2.jpg

Ainsi, plus l'épreuve s'apparente une conversation informelle et fluide tout en abordant des idées non superficielles, plus vous avez une chance d'emporter la conviction du jury.

 

Le ton paraîtra plus sincère, le propos plus authentique. Y remarque ainsi que, pour son dernier entretien, à Bordeaux, il n'a pas hésité à se dévoiler : "J’ai joué la carte de la franchise la plus totale, je me suis mis en difficulté en abordant des sujets et des aspects de ma personnalité qui me desservent. Cette prise de risque et cette sincérité ont joué en ma faveur, j’avais envie de m’ouvrir à eux. (...) Je leur ai dit par exemple que mon costume provenait d’Emmaüs et nous avons beaucoup parlé de cette organisation et de l’abbé Pierre."

 

De manière générale, les jurys en école de commerce veulent cerner votre personnailité, déceler votre potentiel. Ils attendent que vous leur fassiez part de votre expérience de vos passions. Il leur appartiendra ensuite de jeter des ponts entre vos centres d'intérêt et le management.  

 

M pratique la voile.  Il est parvenu à introduire ce thème qu'il maîtrise bien. "Le jury m'a demandé quel point je voulais aborder. J'ai répondu que je souhaitais parler de mon expérience de voile. Aussitôt, l'un des membres du jury m'a posé plusieurs questions : comment gérer les situations de peur, de découragement...Quel parallèle faites-vous entre une tempête sur un bateau et le management?"

 

Il y aura peu de questions techniques ou relevant de la culture générale (c'est moins vrai dans les écoles dites "Parisiennes"). Toutefois, il vaut mieux être au fait de l'actualité artistique, politique et économique du semestre qui précède les épreuves. M, encore une fois, s'est vu poser des questions délicates sur la crise du marché des subprimes à l'EM Lyon, les agences de notation à l'ESC Grenoble ou sur les déficits jumeaux aux Etats-Unis à l'EM Strasbourg.  De même, nous avons vu qu'il lui a été demandé "ce qui l'indignait", quelques mois après la parution de l'ouvrage de Stéphane Hessel...

 

Quand vous prds3.jpgésentez une école de commerce, il peut être utile d'avoir en tête quelques grandes théories de stratégie, de management, de finance d'entreprise ou de mercatique. La plupart du temps, vous ne serez interrogé que sur le domaine de la gestion sur lequel porte votre projet professionnel. Vous annoncez que vous désirez devenir directeur des ressources humaines, faites l'acquisition d'un petit ouvrage consacré à ce thème (collection Repères ou Que sais-je? par exemple). Cela nécessite un travail préalable, car il faut pouvoir être crédible et parvenir à se démarquer, ce que n'a pas su faire ici M, toujours à l'EM Lyon : "Est ensuite venu le temps de parler de mon projet professionnel. Je leur ai expliqué que je voulais (...) intégrer un cabinet de conseil. Ils ont un peu creuser en me demandant des noms de cabinets (...) français; je n'en connaissais pas. (...) Il m'ont aussi demandé quel était mon auteur préféré dans le domaine de la stratégie... J'ai bien senti leur déception quand je leur ai parlé de Porter et du modèle des cinq forces!"

 

Vous le constatez, les conversations peuvent prendre des cheminements inattendus. Tout ce qui figure sur votre CV est propice à une association d'idées: ce peut être un nom de rue, un code postal, une ville étrangère...  Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous. Il vous incombe donc de ne pas tendre des bâtons pour vous faire battre... mais bien des perches pour vous hisser plus haut dans le classement. Dans tous les cas, comme le souligne C , "le temps passe à une vitesse folle!"

 

 

PS : D'autres étudiants de la classe préparatoire ENS Spé ont évoqué plus particulièrement les épreuves d'entretien collectif à l'EM Strasbourg et à l'ESC Rennes. Ce fera l'objet d'un prochain billet qui sera accompagné de différents conseils méthodologiques.

 

 


 

Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 00:10

Cavour unité it

Votre professeur d'Italien vous recommande l'écoute de l'émission suivante sur France culture. Elle porte sur le thème de l'unité italienne.

 

PS : Vous aurez reconnu dans cette petite vignette le Comte de Cavour qui a permis la formation du Royaume d'Italie.

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 15:21

Stadshuset_hall-bleu.jpgLes paris sont lancés auprès des élèves et anciens élèves de la classe préparatoire ENS Spé du lycée La Martinière Duchère. Rappelons que le vainqueur remportera un t-shirt "Prépa ENS Spé - Lycée La Martinière Duchère". Votre professeur d'économie mise sur Robert Barro. En commentaire de ce billet, mettez vos propositions (soyez raisonnables, proposez un ou deux noms, sans mentionner des noms déjà retenus). Tout commentaire vaut participation à ce petit jeu.

 

Résultats : aucun gagnant à ce petit jeu interne; aucun t-shirt ne sera réalisé cette année.

 

En 2011, les deux prix Nobel d'économie sont :

 

        Thomas J. Sargent et Christopher A. Sims

 

Vous trouverez une explication simplifiée mais fiable de leurs recherches en Anglais ici ou en Suédois ici. Pour un travail moins vulgarisé, vous pouvez vous reporter à ce document-ci.

 

 

PS : En image, l'hôtel de ville de Stockholm où se déroule la remise des prix.

Repost 0
Prepa ENS Spé - dans Economie
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 14:39

Assumer des fonctions de conseil, d'encadrement, d'administration logistique, de contrôle juridique et financier dans la fonction publique militaire? C'est possible pour le candidat qui présente le concours de Commissaire des Armées.

 

Un site gouvernemental est désormais dédié à ce concours (cliquez ici). Vous y trouverez de nombreuses informations utiles : nature des épreuves*, programme des épreuves,  annales, conditions d'admission** etc -notamment dans les brochures d'information téléchargeables sur ce site au format PDF).

 

Une fois  admis, le candidat devient élève commissaire aspirant et intègre l'une des trois armées : Terre, Air ou Marine. De même qu'à l'ENS, l'ENSAI (concours d'attaché de l'INSEE), l'EN3S, l'ENI, l'elève en formation perçoit un traitement : au moins 1316 € net par mois le temps de la formation. Il peut espérer en fin de carrière au mieux 6089€ par mois s'il est nommé général de division.

 

 

* Epreuves :

 

Epreuves d'admissibilité (en juin):

 

    - Dissertation de culture générale (5h)

    - Note de synthèse (4h)

    - Epreuve écrite de langue vivante (2h)

    - Dissertation de sciences économiques ou de droit privé ou de droit public ou dissertation/étude de cas en gestion (5h)

 

Epreuves d'admission (en juillet):

 

   - Entretien (30 min)

   - Interrogation orale portant sur l'option choisie à l'écrit (20 min)

   - Interrogation en langue vivante (même langue que celle choisie à l'écrit) : (15 min)

   - Sport (1/2 journée)

 

** Le candidat inscrit en L3 peut candidater, mais devra justifier de l'obtention d'un diplôme de bac+3 au moment de l'admission définitive. Une visite médicale auprès d'un médecin militaire est par ailleurs requise pour que la candidature soit validée. Prenez de l'avance; dès le début de l'année civile, inscrivez-vous et réservez votre visite médicale.

 

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 20:33

Chers lecteurs,

 

J'ai trouvé au hasard de mes recherches sur internet cette vidéo remarquable, conçue conjointement par un économiste (Russ Roberts) et un réalisateur (John Papola), qui confrontent deux positions idéologiques majeures de l'économie, celle de John Maynard Keynes. Si ces deux noms sont familiers aux économistes, le permier jouit probablement d'une notoriété plus grande que celle de son confrère,  c'est pourquoi la vidéo s'ouvre sur une boutade qui est le reflet des différences de réputation des deux économistes*, avant de poursuivre par un rap... inattendu en économie!

 

Cette vidéo s'intitule "Keynes vs Hayek ; fight of the century". Elle renvoie à une opposition vigoureuse en 1931 entre Hayek et Keynes sur les causes de la crise de 1929 et les politiques économiques à mettre en oeuvre consécutivement au choc financier. Quoique la vidéo ne le laisse pas entendre, l'objet de leur controverse portait sur les mécanismes de coordination de l'épargne et de l'investissement, explicatifs de cette crise. Et nous allons voir qu'in fine, l'un considère que la crise vient d'une insuffisance de la demande, l'autre d'un excès des capacités de production...

 

Revenons sur l'origine de cette discorde : il vous appartient de choisir l'explication qui vous convainc le mieux.

 

Keynes > Une crise liée à l'insuffisance de la demande...

 

Comme l'expose J M Keynes dans son ouvrage A treatise on money paru en 1930, l'épargne serait un reliquat, c'est-à-dire la part du revenu non allouée à la consommation. Au niveau agrégé, S (l'épargne agrégée) = Y (la richesse nationale) - C (la consommation agrégée). Par ailleurs, dans une économie fermée, les déterminants de la demande globale sont l'investissement (I) et la consommation (C). D'où, Y = C + I . Si l'épargne est excédentaire par rapport à l'investissement (en raison d'incertitudes économiques conduisant les ménages à accroître leur épargne de protection ou en raison de la loi psychologique fondamentale selon laquelle un accroissement des richesses en période de prospérité entraînera une augmentation moins que proportionnelle de la consommation), alors S > I, d'où Y - C > I, c'est-à-dire Y > C + I. La demande effective est insuffisante et ne permet pas d'écouler toute la production (résumée au travers de la richesse nationale, approximativement la somme des valeurs ajoutées par l'ensemble des agents productifs). Les prix et les profits chutent : c'est la récession.

 

Hayek > Une crise liée aux sur-capacités de production...

 

Pour F. v Hayek, l'épargne devrait être un acte volontaire, reflet d'un arbitrage rationnel entre une consommation immédiate et une consommation future procurant un bien-être supérieur. Cette épargne volontaire doit être mobilisée au service du financement de l'investissement. Or, les banques des années 1920 ont eu excessivement recours au crédit pour financer les investissements - ce qu'Hayek considère comme une politique monétaire laxiste de la part des banques commerciales qui ont ainsi maintenu artificiellement bas les taux d'intérêt.- La multiplication des sources de financement a conduit à un taux d'investissement déraisonnable, et par voie de conséquence, à une sur-capitalisation de la structure de production. Par sur-capitalisation de la production, il faut entendre, selon les termes d'Hayek "une organisation telle que, à tout moment, les ressources dispoinbles sont employées à la satisfaction des besoins plus éloignés dans l'avenir qu'auparavant", car l'investissement est fondamentalement une renonciation à une production immédiate en vue d'une production future plus profitable. Quant aux ménages, ils n'ont pu constituer une épargne volontaire, ce qui les encourage dans l'immédiat à accroître leur consommation. D'où un effet temporairement inflationniste. En volume, la consommation est constante, mais en valeur réelle, elle diminue; c'est ce qu'Hayek nomme l'épargne forcée. Sur-investissement d'un côté, épargne forcée de l'autre; le dénouement passe par une crise économique qui permettra le rééquilibrage des prix relatifs des biens de consommation et de production.

 

 

Le débat vous semble complexe? Il est loin d'être achevé. Une même verve anime les deux économistes lorsqu'il s'agit d'évoquer les solutions de politiques économiques à la grande dépression des années 1930. Voilà le thème de la vidéo et le refrain de ce rap qui rappelle que la joute est aussi idéologique, puisqu'elle confronte un économiste favorable à l'interventionnisme politique en matière économique à un auteur libéral.  A vous de juger...

 

 

 

Pour en savoir plus sur la conception de cette vidéo, et découvrir l'étonnement de Joseph Stiglitz ou de Ben Bernanke à qui ce rap économique a été présenté... cliquez ici.

 

Pour découvrir une vidéo d'Hayek vilipendant toujours l'action de Keynes au Trésor, cinquante ans après la mort de ce dernier, cliquez ici.

 

* Rappelons également que Keynes a été promu Lord à l'initiative de Winston Churchill en 1940.

 

 

Repost 0
Prepa ENS Spé - dans Economie
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 00:59

 

Pour rédiger une bonne note de synthèse, imaginez-vous directeur de cabinet d'un ministre dont la mission serait d'exposer par écrit un problème cerné à la lecture d'un ensemble de documents, sachant que le ministre n'aura que quelques minutes à consacrer à votre note et qu'il devra pourtant donner l'illusion, auprès du public, de maîtriser les tenants et les aboutissants du problème en question.

 

Qu'est-ce qui rendra votre note efficace?

 

     - sa brièveté (comptez généralement l'équivalent d'une copie double pour les concours);

     - son objectivité (ne procédez à aucun jugement de valeur);

     - sa fidélité à l'esprit du dossier (n'insérez aucune référence culturelle extérieure au dossier, mais ne tombez pas non plus dans le travers consistant à multiplier les citations de documents ou les paraphrases );

     - sa précision (différenciez l'essentiel de l'accessoire, mais ne renoncez pas pour autant à mobiliser quelques éléments statistiques clés ou illustrations fortes sommairement exprimées);

     - sa densité (évitez les phrases dépourvues de valeur ajoutée. ex. "un phénomène évolue", "les choses changent", "il y a eu des modifications importantes"... quantifiez et qualifiez d'emblée les évolutions, les changements...);

     - sa lisibilité (soignez la rédaction, optez pour des paragraphes courts et n'hésitez pas à souligner quelques informations que vous jugeriez essentielles pour une lecture en diagonale de la note).

 

Comment procéder pour aborder le dossier et collecter les informations clés?

 

   - lisez la commande et identifiez (si l'énoncé le permet)  le nombre de parties à dégager. Contrairement à la dissertation, il n'y a aucune contre-indication quant au nombre de parties. L'efficacité doit prendre le pas sur la subtilité intellectuelle.

   - à la lecture du sommaire, établissez éventuellement un ordre de lecture en accord avec la structuration pré-envisagée lors de la découverte de la commande;

   - lisez les documents (une fois seulement) en prenant des notes au fur et à mesure de la lecture. Accordez une attention particulière aux aspérités (chapeaux, éléments marqués en gras, insérés dans les encadrés...), ainsi qu'aux extrêmités (introductions et conclusions des articles). Par ailleurs, ne relisez pas deux fois ce que vous avez déjà lu. (Ex. le document 1 rappelle les enjeux de telle loi Barnier de 1995; sautez aussitôt le paragraphe du document 3 qui traite de manière similaire de cette même loi).

 

  ex note doc 1

 

Supposons que le dossier porte sur le principe de précaution. Le candidat repère dans le document 1 les aspérités (italique, gras), ne recopie pas la définiton du principe de précaution  pour ne pas perdre de temps, mais se contente d'un renvoi dans son tableau général.  


En outre, le candidat prend soin, dans ses notes au brouillon, de mettre entre guillemets les expressions comme "rassurer les citoyens". Il ne lui sera en effet pas permis de les réemployer dans le corps de la note, sauf à faire de la paraphrase. Il faut se méfier par ailleurs des formulations inconsciemment empruntées au dossier. 

 

ex note doc 2

Comme vous le voyez, certains textes peuvent être longs, mais ne conduire qu'à une prise de notes très limitée au brouillon. Ici, il suffisait de relever que les nanotechnologies constituaient une bonne illustration des activités pour lesquelles le principe de précaution était requis.

 

ex-note_doc-7.jpgCette fois, nous avons souhaité vous montrer qu'il est possible de sauter certains passages du dossier. Vous gagnez ainsi un temps précieux. Le document 7 nous informait que le principe de précaution avait été invoqué à l'occasion de la crise sanitaire de la grippe A. Les choix médicaux relatifs à la grippe A étaient hors sujet, car non relatifs à l'enjeu du dossier : "le principe de précaution constitue-t-il un frein à l'innovation?" La lecture en est inutile.

 

   - n'écrivez que sur les rectos des brouillons pour ne pas oublier d'idées lorsqu'il s'agira de passer à la partie rédactionnelle;

 

   - dressez un tableau à une entrée dont les colonnes sont les documents numérotés. Notez peu de choses en recourant aux abréviations, groupes verbaux, groupes nominaux. Si votre esprit a été frappé par une expression, mettez-la bien entre guillemets dans votre tableau pour être sûr de ne pas la réemployer dans votre copie et éviter ainsi le plagiat ou la paraphrase. Si un document expose une opinion d'un auteur, marquez dans votre tableau (ex. Op. Rousseau :) Au sein d'une colonne du tableau, séparez clairement les informations recueillies. Au besoin, procédez à des renvois vers le document préalablement surligné ou repéré par des astérisques (ex. déf. principe de précaution, voir  *1);

 

note-synth-tabl-ensemble.jpg

 

Ce dossier, soumis l'année précédente aux étudiants de la prépa ENS Spé avait été conçu dans l'esprit de l'épreuve de note de synthèse type Passerelle 2. Vous constatez encore une fois qu'il est inutile de rédiger de longues phrases au brouillon. Ces éléments, peu nombreux, suffisaient amplement pour rédiger une note de synthèse sur une copie double, sans que ne soient omises des informations clés.

 

   - une fois le tableau d'ensemble réalisé, cherchez à déterminer un plan en associant chaque partie et sous-partie à un code couleur. Puis, retournant à votre tableau, entourez toutes les idées, statistiques, références que vous souhaitez retenir en vue de la rédaction en utilisant la couleur appropriée.

 

Comment rédiger sa note de synthèse?

 

   - l'introduction est très courte; comptez quatre phrases :

 

       1- Entrée en matière : une phrase neutre, sans lyrisme, qui comporte des références précises (date, nom propre, statistiques, concept, règle de droit...)

       2- Identification et situation de l'enjeu. Ex. "Cette illustration est d'une acuité particulière à la lumière des événements... Elle sinscrit dans un débat plus large  qui est celui... c'est d'ailleurs l'enjeu de la présente note."

      3- Annonce su plan (en faisant apparaître à les repères des intutulés -I- et -II-)

 

Evitez de rédiger une problématique sous la forme de question comme vous avez coutume de le faire en dissertation.

 

intro-note-synt-copie-1.jpg

 

   - renoncez aux formules du type : "il s'agira de montrer que...", "comme nous l'avons vu..." etc. En note de synthèse, vous ne démontez pas, vous restituez honnêtement une information.

 

   - ne prescrivez rien. Contentez-vous de présenter le champ des possibles en indiquant éventuellement quelle personnalité a suggéré telle ou telle piste. Dites-vous que les choix politiques appartiennent au lecteur, en l'occurence votre ministre. (Nous vous rappelons que vous êtes à la place d'un directeur de cabinet lorsque vous concevez une note de synthèse!)

 

   - privilégiez les tournures impersonnelles ou les pronoms indéfinis;

 

   - limitez l'usage de sauts de puce (qui seront mieux acceptés en note administrative qu'en note de synthèse);

 

   - efforcez-vous de ne jamais reprendre mot pour mot une idée contenue dans le dossier;

 

   - n'excédez pas une phrase pour la transition et renoncez aux chapeaux;

 

   - indiquez éventuellement le numéro du document de référence dans le dossier lorsque vous exposez une idée. (ex. ... (doc. 3)...)

 

   - la conclusion étant facultative, nous vous recommandons de ne pas en rédiger une et d'employer le temps restant à la relecture de votre note (car les lourdeurs de style et les fautes d'orthographe sont sévèrement sanctionnée en note de synthèse).

 

 

Repost 0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 09:07

Il s'agit d'un ensemble des tests d'aptitude à la gestion dont l'objet est d'évaluer diverses compétences : littéraires, logiques et calculatoires. L'épreuve est segmentée en 6 sous-tests* de 20 minutes comportant chacun 15 questions. Le candidat n'a le droit de traiter qu'un test par tranche horaire de 20 minutes, dans un ordre bien défini, et ne peut ensuite plus revenir sur les questions précédentes.  Sur 120 minutes d'épreuve, il ne dispose donc en moyenne que d'une minute et 20 secondes par question -là réside la véritable difficulté du Tage-Mage. Pour composer, on lui remet une grille avec, pour chaque question, cinq cases A , B, C, D, E qu'il peut noircir.

 

Chaque bonne réponse confère au candidat 4 points ; chaque mauvaise réponse le pénalise d'un point. Ainsi, pour chaque sous-test comprenant 15 questions, le candidat peut atteindre la note maximale de 60 ou la note minimale de -15. Son score total ne peut excéder 600 points. Il y a deux ans, la moyenne nationale se situait probablement autour de 270 points, contre 240 l'année dernière. Pour prétendre à des écoles telles que l'EM LYON ou Audencia, mieux vaut dépasser cette moyenne d'une trentaine de points au moins.

 

 

Nous recommandons à tous une stratégie prudente : ne répondez pas à une question pour laquelle vous n'avez pas la quasi-certitude d'avoir la bonne réponse. Il est en effet bon de savoir que les tests ont été ingénieusement élaborés de sorte qu'un candidat répondant de manière aléatoire à l'ensemble des questions se retrouverait avec un score nul.

 

 

 

* Les six sous-tests, ici référencés dans l'ordre de composition pour les candidats, sont :

 

- La compréhension (peut comporter jusqu'à trois extraits de texte ; le candidat ne peut raisonnablement s'accorder qu'une lecture attentive par texte et répond dans la foulée aux questions associées à un texte donné);

- Le calcul (d'un niveau simple du point de vue technique, il demande néanmoins au candidat de faire preuve de sagacité et d'habileté à transcrire un énoncé littéral en équations du premier ou du deuxième degré.)

- Raisonnement (les énoncés sont alambiqués, mais il existe différentes méthodes pour apprendre à en percer les secrets.)

- Conditions minimales (le candidat doit dire si les deux propositions avancées sont suffisantes, l'une ou l'autre, l'une et l'autre,  pour résoudre un système d'équation donné. Il ne faut pas donner la solution du système, simplement identifier à quelles conditions minimales il peut être résolu. Le candidat doit en tout cas connaître par coeur les consignes de ce sous-test. Voir différents exemples en cliquant ici.)

- Expression (le plus culturel des tests. Il requiert de une maîtrise honnête de l'orthographe et de la ponctuation, ainsi que des locutions de la langue française. Nous essayerons, au cours de l'année, de mettre en évidence sur le blog les pièges récurrents pour ce type d'épreuve.)

- Logique (sans doute le plus déroutant de prime abord, l'expérience montre que les élèves progressent très vite en se familiarisant avec les énoncés composés de figures géométriques ou de pyramides de chiffres et en repérant les similitudes d'un test Tage-Mage à l'autre).

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Prépa ENS Spé du lycée La Martinière Duchère à Lyon. Formation publique en 1 an post bac+2, préparant aux concours administratifs, aux concours des écoles de commerce (admission niveau master) et à l'Ecole Normale Supérieure.
  • : Ce bloc-note électronique vise à accroître la notoriété de cette classe prépa. Il ouvre un espace d'échange entre les anciens élèves, les étudiants en cours de formation et l'équipe pédagogique. Il se donne également pour objectif d'éclairer les uns et les autres quant aux perspectives de concours qui s'offrent à eux.
  • Contact