Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 16:00

logoEC-copie-1Jules, ancien élève de la classe préparatoire ENS Spé du lycée La Martinière Duchère et ancien étudiant de la faculté de sciences économiques et de gestionde l'Université Lumière Lyon 2, a accepté de répondre à nos questions. Jules découvre depuis trois mois le département d'économie et de gestion de l'ENS de Cachan qu'il a intégré en 2012. Il évoque aussi, dans ses réponses, les épreuves des concours AST aux écoles de commerce... mais il ne dit pas, par modestie, qu'il fut également admis à l'EM Lyon, l'ESC Grenoble et Audencia Nantes. C'est finalement l'ENS qu'il a retenu. Bravo Jules! Toute l'équipe de la classe prépa ENS Spé vous félicite.

 

 

Quel a été votre parcours avant d'entrer en classe préparatoire?

J'ai passé un Bac Scientifique, spécialité Sciences de l'ingénieur (SSI) à Vénissieux, puis je suis allé à l'Université Lyon 2 en Economie-Gestion, où j'ai fait une L1 et L2, avant de rejoindre la prépa pour la L3.

Qu'est-ce qui a motivé votre entrée en classe préparatoire alors que vous étiez déjà engagé dans un cursus universitaire?

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela. Premièrement, en sortant du lycée, j'avais envie de découvrir l'ambiance en faculté; après 2 ans il me semblait que j'avais fait le tour du sujet. Ensuite, mon intention était d'intégrer une école de commerce après ma Licence plutôt que d'intégrer un Master. Je voulais pouvoir profiter d'un milieu plus professionnalisant car je trouvais que la faculté était vraiment trop théorique. Je comptais également profiter de l'ambiance et du réseau.

Les anciens de licence, notamment de SEG,  nous confient qu'ils ont parfois des réticences à postuler dans un prépa en 1 an post-bac+2. L'argument les plus souvent avancé est les suivant : "les élèves de BTS n'ont pas le même niveau que les élèves de licence 2, nous redoutons un enseignement trop simplifié et redondant avec ce qui est fait à la faculté, notamment en économie ou en gestion?" Que pensez-vous de cet argument?

Je trouve que c'est faux, j'ai appris beaucoup de chose en allant en prépa, même si il y a eu certaines parties du cours que j'avais déjà étudiées. Et même dans ces cas-là, l'approche n'est pas forcément la même. L'argument de cours redondant est pour moi plutôt faux en économie, mais sans doute plutôt vrai en gestion où le niveau est déjà avancé en L2.

 


Si j'ai intégré la prépa, c'est dans un objectif : préparer les concours. Je pense que si on cherche à rester dans un cursus universitaire, il n'y a pas de réel intérêt à venir en prépa, si ce n'est apprendre une vrai méthodologie dans le travail, l'organisation et la rédaction que l'on a pas forcément à la fac. Mais si l'objectif est de passer des concours, aller en prépa alors que l'on vient de Licence est très intéressant.

Vous êtes aujourd'hui à l'ENS de Cachan, détarpemet d'économie-gestion, quelles sont vos premières impressions concernant la formation, ses partenariats, son campus, sa localisation?

A propos des cours que je suis cette année, il faut dire que c'est assez redondant puisque je dois repasser ma Licence (je dois faire 2 Licences, en éco et en gestion), néanmoins les cours sont peut être plus poussés.

Rappelons incidemment que Jules a passé le concours D2 voie I tandis qu'il était étudiant en L3 de Sciences économiques et de gestion, ce qui est le propre des élèves de D2 de la prépa ENS Spé.

Les partenariats et les débouchés sont très intéressants. En entrant à l'ENS, on garde encore de très large possibilités d'orientation. La principale orientation est néanmoins pour l'enseignement et la recherche, et il faut avoir conscience de cela lorsque l'on veut intégrer cette école. Si on veut aller dans le privé, le diplôme est d'un niveau très élevé, les débouchés très bons, mais il faudra alors compter plus sur soi-même.

Le campus est très bien localisé, à 10 minutes de la ligne B, on peut être dans le centre de Paris en 30 minutes environ. La vie sur le campus est bonne: de nombreux étudiants y vivent, on est proche de ses collègues de classe, des soirées tous les mardis, possibilités de monter en soirée à Paris qui n'est pas loin...



Quels avantages tirez-vous du statut de Normalien?

La première chose qui me vient à l'esprit est forcément la rémunération (1309 euros nets), argument très important pour un étudiant. Sinon, le réseau d'ancien normalien dans les entreprises privés, le réseau des diplomates normaliens également. Etant normalien, il y a des possibilités de travailler dans la fonction publique sans difficulté puisque l'on est déjà employé, c'est intéressant.
 
A la fin de l'année, un stage est obligatoire. Je sais que beaucoup l'an dernier sont partis en ambassade sans aucune difficulté: puisque l'ENS les rémunéraient déjà, l'ambassade n'avait pas à le faire.


Quels sont vos objectifs professionnels?

L'une des choses qui m'a fait choisir l'ENS est le fait que ça laisse un peu de temps pour se décider sur ce sujet. Plusieurs choses m'intéressent: travailler dans un ministère, la haute fonction publique en général, la diplomatie, faire de la finance ou de la stratégie d'entreprise... Toutes ces choses sont possibles à l'ENS, et donc je prends mon temps.

Vous êtes-vous préparé spécifiquement au concours de l'ENS? Sinon, n'avez-vous pas craint de vous diserpser?

Le concours de l'ENS est bien évidemment celui qui m'a pris le plus de temps, mais je n'ai pas préparé spécifiquement celui-là (les chances de réussites sont trop faibles pour faire ce pari). Il faut savoir que plusieurs matières sont communes à tous les concours. Je préparais les maths, la gestion/compte et les exos de micros spécifiquement pour l'ENS (c'est déjà pas mal). Ensuite une grosse part de la préparation vient de la méthodologie des rédactions, mais cela est commun à plusieurs concours (Audencia, Passerelle, SciencePo, Hec/Escp, EM Lyon). Enfin, il fallait apprendre l'Eco pour l'ENS, qui pouvait me servir pour les autres concours, et l'anglais. Il restait donc à coté la Culture Gé et le Tage-Mage.

Je crois que je suis celui qui a passé le plus de concours l'an dernier, je n'ai pas eu le sentiment de me disperser.


Quelle était votre méthode de travail? Auriez-vous des conseills à donner? Des ouvrages à conseiller?

J'aurais surtout des conseils à donner sur le concours de l'ENS: faire les exos du Picard en Microéco, réviser la gestion avec les épreuves en ligne de passerelle et avec le livre de Friedrich (Comptabilité Générale et Gestion des entreprises). Dans le concours répondez bien à toutes les questions, même si vous êtes pas sûrs, vous pourrez grappiller des points.

En Economie et en Culture Générale, pour ce concours comme pour les autres, il faut bien apprendre les dates et les auteurs, et le jour du concours réunir ses connaissances mais ne pas chercher à faire une liste exhaustives de ces connaissances sur le sujet. Je sais qu'à Passerelle j'ai perdu du temps et j'ai fait une rédaction beaucoup trop longues à cause de ça, car le sujet était large. Il faut savoir faire le tri.

Pour le TM, comme d'habitude: Bible du TM ou Objectif 600. J'ai vu que certains se posaient des questions sur comment préparer la partie littéraire: pour ma part j'avais récupérer des QCM de CultureG au CDI, il y a souvent des parties grammaires, orthographe, vocabulaire, ça peut aider.

Pour mon rythme de travail, c'était plutôt simple: très impliqué du lundi au vendredi vers 19h, je décompressais complètement le week-end.

Quel souvenir marquant gardez-vous de vos épreuves écrites? orales?

Rien de particulier... Peut être le doute à la sortie de certaines épreuves qui ne s'étaient pourtant pas trop mal passées (EM Lyon). Sinon le tour de France pour les oraux, assez éprouvants, mais avec une bonne ambiance à chaque fois.

A Rennes, pour l'entretien collectif, j'ai dit à mon groupe avant d'entrer dans la salle que j'étais admissible à l'ENS, ils m'ont dit que je devais être bon et m'ont "laisser" la place de leader dans la discussion... Ca peut être une stratégie pour vous.

Le niveau de langue au concours est-il comparable à celui d'une école de commerce?

A l'ENS, il n'y a pas d'écrit, seulement l'oral, et le niveau m'a semblé le même, voire inférieur à celui de l'EM Lyon.

Conseilleriez-vous à d'autres élèves de prépa ENS de présenter ce concours (voie I ou voie SHS)?

Oui, Vraiment! Je l'ai réussi donc je pense que n'importe qui peut y arriver, avec une quantité de travail plus ou moins grande. Vu les débouchés possibles, la qualité de la formation, je trouve que cela vaut l'investissement d'une année de travail.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Prépa ENS Spé du lycée La Martinière Duchère à Lyon. Formation publique en 1 an post bac+2, préparant aux concours administratifs, aux concours des écoles de commerce (admission niveau master) et à l'Ecole Normale Supérieure.
  • : Ce bloc-note électronique vise à accroître la notoriété de cette classe prépa. Il ouvre un espace d'échange entre les anciens élèves, les étudiants en cours de formation et l'équipe pédagogique. Il se donne également pour objectif d'éclairer les uns et les autres quant aux perspectives de concours qui s'offrent à eux.
  • Contact