Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 13:31

esc-saintetienne.jpgJ'ai eu le plaisir en juin dernier de faire partie du jury de l'épreuve d'entretien de l'ESC Saint-Etienne en compagnie d'une enseignante de l'école et d'un chef d'entreprise. Vous trouverez à la fin de cet article quelques exemples de sujets donnés cette année-là .

 

L'épreuve d'entretien se déroule dans les locaux de l'ESC, boulevard Fauriel à Saint-Etienne. Le candidat est pris en main la veille par les étudiants des précédentes promotions. Ils vont le chercher en voiture à la gare, lui font découvrir la ville et lui proposent diverses activités ludiques. (Si je n'ai pas eu le temps de m'installer à une table de poker ou de jouer à la roulette, je n'ai pas refusé un cornet de glaces gracieusement distribué aux professeurs, aux élèves ainsi qu'aux candidats.) Plus surprenant, le responsable des admissions n'hésite pas à discuter en personne avec les candidats pour les préparer à l'épreuve et rassurer les plus inquiets d'entre eux.

 

Une fois l'heure de l'épreuve venue, le candidat tire au sort un sujet dont la formulation est pour le moins déroutante. Il doit alors faire preuve de sagacité pour trouver un angle d'attaque et laisser libre cours aux associations d'idées. Le temps de préparation achevé (20 minutes dans mon souvenir), le candidat est guidé par un élève de l'ESC jusqu'à la salle d'épreuve. Il remet alors sa convocation et présente une pièce d'identité. Le président du jury prend alors le temps de lui décrire le déroulement de l'épreuve et de présenter l'ensemble des examinateurs. Puis c'est au tour du candidat d'exposer son raisonnement à partir du sujet tiré.

 

Il ne faut pas qu'il se montre ennuyeux et scolaire ("Dans une première partie, je parlerai de... avant d'aborder... Alors mon grand 1 est..."), mais doit tout de même structurer son propos. Si le fond n'est pas déterminant, il sera apprécié :

 

- que le candidat insère dans son propos une ou deux références culturelles précises (il n'aura plus l'occasion par la suite de briller en répondant à des questions culturelles. J'avais moi-même posé quelques questions sur Aristote ou Fleming lors de l'échange... La présidente du jury m'a aussitôt dit la chose suivante : s'il est intéressant que  le candidat mentionne spontanément des auteurs lors de l'exposé, il est inutile de revenir sur des points culturels lors de l'échange... en tout cas à l'ESC Saint-Etienne*.)

 

- qu'il défende un raisonnement (il doit faire preuve de personnalité et se montrer convaincant. En conclusion, il peut tout à fait finir par uen phrase comme "En conclusion, j'ai souhaité défendre l'idée selon laquelle...").

 

-  qu'il se montre sympathique (les sourires se font  trop rares lors de l'exposé).

 

- qu'il s'exprime pendant quatre à cinq minutes.

 

- qu'il ne dévalorise pas son travail ou ne ricane pas pour montrer aux membres du jury qu'il a pleinement conscience de la médiocrité de son intervention.

 

L'entretien se poursuit avec une conversation libre que je qualifierais de badine. On demande d'abord au candidat de développer un point de son exposé ou de dire ce qu'il pense d'une idée qu'il a éludée. Mais très vite, les questions vont porter sur sa personnalité, son projet** et ses centres d'intérêt.

 

Les membres du jury ne manquent pas de lui demander quelles écoles il présente à l'oral. Ayant parfaitement en tête les classements des écoles de commerce élaborés par les revues comme "Le Point", "Le nouvel obs", "L'express" ou "L''étudiant", ils s'inquiètent aussitôt du risque qu'un bon élément soit récupéré par une école mieux classée. Dès lors, les questions sont presque toujours les mêmes : "Pourquoi l'ESC Saint-Etienne?" On sent très vite ceux qui ont préparé un laïus et ne viennent en juin que pour s'entraîner aux oraux ou présenter les épreuves de langue en pensant, à tort, qu'ils seront mieux notés dans les petites ESC que dans les grandes. Les membres du jury cherchent  à déceler les motivations profondes du candidat.  "Vous aimez le foot?" , "Vous vous intéressez au design?, "et l'opéra?", "vous avez de la famille à Saint-Etienne" sont des questions classiques. Car l'ESC Saint-Etienne sait bien où réside sa force***.

 

J'ai pris plaisir pour ma part à poser systématiquement aux étudiants la question suivante : "Si vous étiez une personnalité illustre, qui seriez-vous?" J'ai regretté à plusieurs reprises que le candidat ne semble pas comprendre le sens de l'adjectif "illustre". Je n'ai guère trouvé plaisant non plus ceux qui soupiraient ou levaient les yeux au ciel en ayant l'air de dire "C'est une question, ça?" (L'agressivité ou la condescendance à l'égard d'un membre du jury est très mal reçue.) J'ai trouvé peu intéressant les candidats qui se sont contentés de me donner un nom, sans justifier leur réponse. Il m'importait peu que vous répondiez "le Général de Gaulle" ou "Bugs Bunny", pourvu que vous expliquiez en quoi ce choix était éclairant quant à votre personnalité ou vos espérances.

 

Benjamin Royannez.

 

 

* Nous savons que ce n'est pas vrai pour  HEC, ESCP, EDHEC, EM LYON ou l'ESC Toulouse où des questions de réflexion et d'actualité sont très souvent posées aux candidats.

 

** Certains candidats audacieux ont défendu des projets entrepreneuriaux intéressants, n'hésitant pas à montrer une petite plaquette de présentation aux membres du jury et à leur demander ce que ces derniers pensent de la crédibilité de leur projet.

 

*** J'exprime ici un point de vue personnel. Dans sa campagne de promotion, l'ESC Saint-Etienne veut se montrer séduisante et mise essentiellement sur le Tertiaire. Si la spécialité design est sans doute un atout pour l'école, je crois qu'elle a tort de craindre une spécialisation plus franche dans le secteur industrielle (très présent dans la région de Saint-Etienne), arguant du fait que l'industrie (et l'armement notamment qui a longtemps fait le prestige de la ville) n'est pas attractive pour les étudiants. Or, c'ette spécialité n'existe dans aucune école de commerce, toutes privilégiant aujourd'hui les activités du secteur tertiaire -hormis l'ESC Dijon qui a une spécialité oenologie). Il me semble que pour les plus petites écoles, les stratégies de créneau seraient plus judicieuses. 

 

                                                                                    Sujescstetienne.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Prépa ENS Spé du lycée La Martinière Duchère à Lyon. Formation publique en 1 an post bac+2, préparant aux concours administratifs, aux concours des écoles de commerce (admission niveau master) et à l'Ecole Normale Supérieure.
  • : Ce bloc-note électronique vise à accroître la notoriété de cette classe prépa. Il ouvre un espace d'échange entre les anciens élèves, les étudiants en cours de formation et l'équipe pédagogique. Il se donne également pour objectif d'éclairer les uns et les autres quant aux perspectives de concours qui s'offrent à eux.
  • Contact